Le voyage en Quadrige de Mastorna

Comment transformer un simple chat noir en une Panthéra Nébulosa ?


Comme ils n’arrivaient jamais, eux, à se coucher de bonne heure, ils avaient pris l’habitude d’accompagner ces soirées de liquide moussant, pas de l’Obao, si vous voyez ce que je veux dire…
De cette grande oisiveté d’artiste, qui en fait toute la qualité, mais à la limite de la bien séance, les contacts entre semblables se fabriquaient et les projets tombaient comme des mouches ( c’est un peu exagéré). L’intelligence n’était pas étrangère à ces considérations, deux de leurs illustres prédécesseurs, Federico Fellini et Dino Buzzati, d’ailleurs n’avaient ils pas été, eux aussi, disposés à façonner un scénario fantastique, qui allait s’avérer être le chat noir de Fellini. De nombreuses années après la mésaventure de ce film laissé en jachère, nos quatre amis n’ont ils pas eu ce désir un peu fou de transformer un chat en panthère. Vous méritez quelques explications car la métaphore est un peu exagérée, mais colle pas trop mal au sujet. 


Alors, le chat noir c’est pour le scénario « Le voyage de Mastorna » écrit par Fellini et Buzzati, à la suite duquel Fellini apprend qu’il a un cancer, mais en fait c’est pas vrai etc etc… Et la panthère c’est l’extrapolation du mot panthire en peinture, citation en soit disant yiddish, d’un film de Gérard Oury, « Rabbi Jacob »… Bref, il faut parfois un imaginaire très fort pour échapper à la commande.


Revenons donc à cette fameuse commande, les images qui peuplent le scénario d’origine sont un vivier pour des artistes plein de joie de vivre, véritable manifeste à la vanité, celle de l’histoire de l’art, la mort n’est elle pas la chose qui nous inspire tous, et si après patin, et si après couffin…


Nos quatre complices sont des experts en démontage et remontage des systèmes, ils sont chacun dans leur territoire et en même temps dans le projet qui les réunit. Leur proposition nous emmène dans cet espace rêvé, à mi chemin entre la fiction et la friction de neurones. Les visions se développent dans cette exposition à travers les fantasmes de Buzzati et de Fellini, désirs de mots jamais devenus réalité, si tant est qu’une réalité existe au cinéma. Céline, Maxime, Antoine et Arnaud sont des fabricants de désirs, les leurs, ceux qu’ils se sont appropriés à la lecture du scénario abandonné. L’espace envahi des œuvres de ce quadrige nous fait revivre ce que le monde a raté. Superstitieux Fellini avait renoncé à réaliser ce film, pourtant très prometteur, cependant toute son œuvre allait en être imprégnée. Chaque image sera distribuée dans un autre film ou parfois nous aurons l’impression de l’avoir vu, à tord. 
Nous pouvons ressentir comme une forme d’anthropologie - archéologie contemporaine dans le dispositif utilisé par notre quadrige, capable d’exhumer non seulement des signes, mais des rêves du fantastique duo Fellini - Buzzati.


Les mediums sont, dans ce projet, le terme le plus approprié à ce sixième sens. La sculpture, la peinture et le dessin expriment toute leur force et leur détachement, ici rien n’est autre que construction et volonté, là tout est assumé, fragile et puissant, les si(n)gnes sont généreux et beaux. 


Gilbert Della Noce, 2016

Cheveucheuse
72,5x86cm
Chevaucheuse en piste
51x97,5cm
Le sourire n'est jamais un détail
62x97cm
Collection privée
Le sourire n'est pas un détail
A bras ouverts
63,5x127cm
Les soeurs de Marguerite
91x68cm
Le trajet
61x107cm
La mère
73x117cm
Chapelle
48 5x63,5cm
Collection privée
Chapelle
71,5x49,5cm
Chapelle - petit cortège
48x55cm
Chapelle
57x41,5cm
Petite chapelle
33x21,5cm
Chapelle - Cortège
64x108cm
Collection privée
Chapelle
70,5x94,6cm
Chapelle - Neige
50,5x45cm
En voir plus

© 2018 Maxime Parodi

  • w-facebook
  • w-flickr